Une caractéristique clé et différante de notre centre est notre Unité d’Andrologie. La figure de l’Andrologue est très important dans une clinique de reproduction parce qu’il améliore le taux de gestation spontanée et aussi le rendement des techniques de reproduction assistée.

Spermogramme cytomorphologique

Le spermogramme cytomorphologique peut nous apporter une information très précieuse sur les chances de fécondation, les problèmes et les pathologies des organes génitaux masculins.

L’analyse du sperme est considéré l’étude de base et initiale pour la recherche de l’infertilité masculine.

Nous évaluons la concentration, la mobilité, la vitalité, la survie et la morphologie (forme) des spermatozoïdes. Nous évaluons aussi la maturité des noyaux spermatiques et les caractéristiques macroscopiques comme l’aspect, la viscosité, la liquéfaction et le volume séminal.

Test de formation spermatique

La sélection spermatique consiste à nettoyer le plasma séminal, à extraire la pollution de cellules non spermatiques et à former les spermatozoïdes pour les rendre fertiles et évaluer leur comportement dans le laboratoire. Le but adapter la technique de sélection appropriée pour chaque éjaculation.  Une fois définie la sélection, nous procédons à leur application, pourvu que la décision thérapeutique permette d’avancer avec les techniques de reproduction assistée. Dans le laboratoire de Fertilab, nous avons des méthodes pour séparer, avec la plus grande brièveté et l’efficacité possible, les spermatozoïdes du plasma séminal.

Culture et survie de la production spermatique

L’évaluation de la période de survie spermatique et sa mobilité 24 heures après l’éjaculation est un important indicateur de sa fonction et un facteur de pronostique, non exclusif, de la fécondation ovarienne (nous mettons en rapport le taux de survie spermatique au bout de 24 heures avec un échec ou diminution du taux de fécondation ou manque de FIV. Un faible taux de survie peut aussi être associé avec une plus grande fragilité, parfois associée à la présence d’une concentration élevée du nombre de spermatozoïdes à apoptose (processus de vieillissement programmé qui conduit à la mort cellulaire) ou avec l’ADN fragmenté.

Fragmentation de l''ADN des spermatozoïdes

La fragmentation de l’ADN dans les spermatozoïdes pourrait être l’explication d’un important pourcentage de cas dans lesquels l’infertilité n’est pas diagnostiquée. Cette fragmentation peut avoir un rôle significatif dans l’échec de la fertilité, dans la détention du développement embryonnaire et dans les gestations non évolutives.

Le 25% des spermatozoïdes avec l’ADN fragmenté, conditionne la probabilité d’obtenir une grossesse par fécondation naturelle. Avec des techniques de reproduction assistée la probabilité est inférieure à 1%.

Le spermatozoïde, comme toutes les cellules, profite de ses nutriments des processus d’oxydation, au moyen desquels il obtient l’énergie pour maintenir ses fonctions. Un excès d’oxydation produit des radicaux libres; ceux-ci provoquent un effort oxydant qui blesse sa membrane et en conséquence, la fragmentation et la rupture de l’ADN du spermatozoïde. Plus le nombre de lésions est grand, moins sera l’intégrité du matériel génétique et inférieure sera la capacité de fécondation et les possibilités d’une grossesse évolutive.

Il existe une série de facteurs et pathologies qui peuvent déchaîner le stress oxydant et un important niveau de fragmentation de l’ADN des spermatozoïdes et, par conséquent, réduire sa capacité de fécondation:

  • Exposition à des températures importantes
  • Augmentation de la température corporelle
  • Inflammations testiculaire
  • Dommages produits par l’exposition à des toxiques (principalement la consommation de tabac)
  • Présence de varicocèle (varices testiculaires)
  • Infections de la voie séminale
  • Effort
  • Troubles pour trouver le sommeil

Sélection de spermatozoïdes par séparation magnétique par colonnes d'annexine (MACS)

La présence d’une importante quantité de spermatozoïdes avec la membrane plasmatique altérée et l’ADN fragmenté, a un impact négatif dans la fertilité. Pour cette raison, disposer d’une méthode de filtrage moléculaire efficace, la séparation spermatique magnétique par des colonnes de V annexine (MACS) capable de choisir une population de spermatozoïdes saine, suppose une révolution dans les traitements de fertilité. Les spermatozoïdes qui ont entamé le processus d’apoptose exposent ce qui est phosphatidylsérine (phospholipides qui sont habituellement trouvés dans le cytoplasme) dans la surface de la cellule. La phosphatidylsérine a la capacité de s’unir spécifiquement à la protéine annexine V. Si nous incubons les spermatozoïdes avec une annexine V à laquelle nous avons préalablement relié des petites sphères métalliques, elles se collerons à la membrane des spermatozoïdes, qui ont entamé le processus d’apoptose, les protéines unies aux sphères métalliques. Ensuite, nous passons l’échantillon séminal par un champ magnétique où sont adhérés les spermatozoïdes qui contiennent du métal dans leur membrane, en séparant les spermatozoïdes endommagés de ceux qui sont sains, qui sont libres et disponibles. L’utilisation d’une population de spermatozoïdes non apoptiques avec la membrane intacte et l’ADN non fragmenté, peut optimiser les résultats des techniques de reproduction assistée et se transformer en une alternative thérapeutique effective dans les cas où il existe un échec de fertilité, une faible qualité embryonnaire, avortements de répétitifs, et / ou une stérilité sans cause apparente.

Échographie (Eco-Doppler) testiculaire

L’échographie est un essai qui consiste à l’émission d’ultra sons, par une sonde, qui sont refletés et retournés sous forme d’image. Les images sont obtenues ‘a temps réel et permettent d’observer le mouvement des organes et le flux sanguin (éco-Doppler).

La réalisation d’une échographie testiculaire n’exige aucune préparation spéciale. C’est le premier test diagnostique que nous réalisons aux patients qui présentent une douleur ou inflammation testiculaire, une masse palpable ou un traumatisme. L’échographie est aussi une exploration obligatoire dans l’étude de fertilité masculine, puisqu’elle nous permet d’évaluer immédiatement la présence de varicocèle, une modification des veines testiculaires qui est fréquemment  associée aux problèmes de fertilité.

Varicocèle

La varicocèle est la dilatation des veines du cordon spermatique qui les testicules drainent. Elle peut apparaitre chez un 40% des patients ave  stérilité. Elle est associée aux maux testiculaires. Le diagnostic est réalisé à travers d’une exploration physique, bien que l’éco-Dopper soit utile, étant donné quelle détecte le flux sanguin veineux anormal associé à la varicocèle.

 

Dans les cas asymptomatiques, ou de bas degré, nous conseillons de traiter la varicocèle, parce qu’il y a des preuves qui démontrent une amélioration de la fertilité (tan spontanée comme avec des techniques de reproduction assistée). La varicocèle est souvent traitée généralement para la chirurgie.  C’est une technique chirurgicale simple, ambulatoire et avec anesthésie locale, qui présente un taux de succès très important.

Vésiculodéférentographie

La vésiculodéférentographie est une radiographie dynamique de la voie séminale avec contraste, qui permet de diagnostiquer son obstruction et son niveau. Elle est indiquée dans le cas de oligospermie (volume insuffisant de sperme) avec azoospermie et conduits déférents palpables (indice d’obstacle des conduits éjaculateurs)  ou quand il y a antécédents qui peuvent indiquer un possible obstacle différentiel (chirurgie du scrotum, tuberculose génitale, etc…) La voie séminale peut être obstruée à tous les niveaux, à partir de son segment intra testiculaire et jusqu’au conduit éjaculateur infraprostatic, en passant par l’ l’épididyme, le conduit déférent et les vésicules séminales. La voie séminale peut être obstruée à cause d’un processus inflammatoire, génétique, traumatique, néoplasiques, iatrogénique, ou chirurgical (vasectomie).

Biopsie testiculaire

La biopsie testiculaire est une procédure chirurgicale qui permet d’extraire de petits fragments de tissu, ou pour l’étude du diagnostique ou bien pour obtenir des spermatozoïdes dans le cas où nous ne pouvons pas l’obtenir par l’éjaculation.

Biopsie testiculaire diagnostique: Elle est habituellement pratiquée pour trouver la cause de l’infertilité masculine, quand le spermogramme suggéra la présence de problèmes sécréteurs (production de spermatozoïdes) ou de modifications génétiques.

Biopsie testiculaire thérapeutique (Techniques chirurgicales d’extraction de spermatozoïdes): Quand un homme produit des spermatozoïdes mais ceux-ci, ou par obstacle ou par une modification génétique, n’apparaissent pas dans l’éjaculation, nous pouvons alors procéder à son obtention à travers de la chirurgie. L’extraction de l’ l’épididyme est faite en utilisant la technique MESA (Microsurgical Epididimary Sperm Aspiration); si nous les obtenons de la pulpe testiculaire, la technique est appelée TESE (Testicular Sperm Extraction).

Étude cytogénétiques

L’analyse chromosomique est utilisée dans le diagnostique d’un grand nombre de pathologie humaines. Les modifications numériques et structurelles des chromosomes sont associées à différents aspects de la pathologie, entre eux, l’infertilité masculine.

Les problèmes de fertilité peuvent-ils être dus à des modifications génétiques ?

Les hommes infertiles peuvent présenter des anomalies dans l’accouplement, synapse ou recombinaison des chromosomes méiotiques et / ou  altérations chromosomiques des spermatozoïdes résultants. Pour cette raison, les protocoles d’analyse de l’infertilité masculine incluent des études cytogénétiques de la méiose dans les échantillons de tissus testiculaires et / ou études d’hybridation sur place fluorescent (FISH) de spermatozoïdes dans les échantillons de sperme. Il convient d’étudier toujours le caryotype  et la fibrose kystique sera aussi nécessaire.

Pouvons nous savoir quel est le gène responsable d'une pathologie ?

Chaque jour le nombre de pathologies causées par des anomalies génétiques augmentent. Dans certaines pathologies, nous pouvons identifier le gène altéré pour l’identifier ensuite dans l’embryon (DGP – technique de Diagnostique Génétique Préimplantatoireonal) et choisir les embryons libres de modification pour assurer une descendance saine qui ne puisse pas souffrir ni transmettre la pathologie en question.

Avez-vous des questions?

Demandez une visite gratuite en remplissant le formulaire. Nous vous contacterons rapidement.

J’ai lu et j’accèpte les conditions légales*